Exprimer notre gratitude envers nos problèmes est le début de la sagesse

Exprimer la gratitude envers nos problèmes

Presque tout le monde aimerait vivre une vie sans problèmes, car ils sont douloureux, malheureux ou difficiles tels que :

  • Perdre son emploi
  • Absence de clients
  • Une peine d’amour
  • Un divorce ou une séparation
  • La mort d’une personne aimée
  • Se faire saisir quelque chose
  • Une poursuite judiciaire
  • La difficulté de payer ses dettes
  • Une baisse de revenu importante
  • Avoir une maladie ou ne pas être en forme
  • Une dispute violente avec quelqu’un
  • Un accident quelconque
  • Une mauvaise éducation de nos enfants

Cela n’est qu’une petite liste et la première chose qui nous vient à l’esprit est d’haïr les problèmes, de ne pas les aimer et blâmer les autres ou les circonstances pour ce qui nous arrive.

En fait, sans nous en rendre compte, nous n’aimons pas le créateur de ces problèmes et ainsi croire être une victime des autres ou une victime malchanceuse.

Il suffit d’observer les leaders en position d’autorité ou les gens avec des titres prestigieux en train de constamment accuser les autres de leurs déboires en montrant l’exemple et ainsi les imiter.

Pourtant, à un certain niveau de notre conscience, au niveau de l’âme, nous avons créé ou cocréé inconsciemment ces expériences au moyen de notre pouvoir de création, soit notre pensée, parole et action.

 

Avons-nous contribué à créer nos problèmes ?

Est-il possible que notre âme communique les conséquences de nos choix moindres que nous avons faits au moyen des sentiments malheureux afin d’éveiller notre conscience pour faire un choix plus élevé de création dans les relations ?

Un éveil brutal comme un électro-choc !

Si c’est le cas, alors pourquoi ne pas exprimer notre gratitude à notre âme qui nous offre la possibilité d’évoluer en des versions de plus en plus magnifiques de qui nous sommes et s’aimer vraiment en tant que créateur ?

Pourquoi avoir peur des problèmes, quand ils sont des opportunités de création et non des mauvaises nouvelles ?

 

L’habitude de faire confiance aux autres et ainsi perdre confiance en moi

Quand je vivais des problèmes douloureux, je cherchais des réponses partout sauf en moi.

Combien de livres ai-je lus ? Combien de gens ai-je écoutés ? Combien de conseils des autres ai-je demandés ?

J’ai cherché, par habitude apprise des autres, des réponses dans les livres de développement personnel ou chez les gens avec des professions, car je croyais qu’ils pouvaient m’aider concernant mes problèmes personnels.

Je lisais environ 15 livres par mois, mais sans m’en rendre compte, mes choix de lecture ne m’inspiraient pas ni tous ces professionnels, car ils avaient tous comme intention de se croire supérieurs en connaissant la solution à mes problèmes, mais sans jamais parlé de leurs propres expériences, de leurs luttes, leurs erreurs, leurs difficultés, leurs progrès.

Ils voulaient tous que je leur donne une confiance aveugle, car ils se disaient des « experts » dans leur profession et ainsi perdre toute confiance en moi !

Des experts sans expérience propre, voilà leur vérité.

Passer des dizaines d’années à l’école pour accumuler des mots et écouter des gens raconter leurs problèmes ne sont que des mots. Vous pouvez lire des millions de livres sur l’amour, étudier des centaines de formation sur l’amour, mais tout cela ne vaut rien si vous ne faites pas d’actions aimables dans les relations.

Les mots ne remplaceront jamais les actions. En fait, trop de gens accumulent des mots afin de ne pas faire des actions et ainsi dire aux autres quoi faire !

 

Les autres ne peuvent pas solutionner mes problèmes personnels

J’ai alors compris que tous ces gens étaient piégés inconsciemment dans le même conditionnement, soit de faire croire que nous avons besoin d’eux, de dépendre d’eux, mais cela avait tout à voir avec leurs désirs égoïstes et ainsi justifier la raison d’être de leur travail.

Ils cherchaient à démontrer que les gens ne pouvaient pas solutionner leur problèmes personnels sauf en utilisant leur service et évidemment, de payer des thérapies longues et inutiles afin de garder le pouvoir sur nous.

En fait, parce qu’ils n’ont pas d’expériences propres concernant les problèmes, alors ils vivent dans un monde d’idée et d’accumulation de mots sans jamais montré leur vulnérabilité, leur vérité, leur authenticité afin de bien paraître, être à la hauteur.

En d’autres termes, ils n’ont aucune sagesse en eux, aucune connaissance appliquée par l’expérience personnelle.

Voilà le message qu’ils véhiculaient et cela ne m’intéressait pas.

Je préfère écouter des gens qui ont vécu les mêmes problèmes que moi afin de connaître leur expérience au complet et ainsi être libre de croire ce que mon âme me dit sous forme de sentiment, d’intuition et de sagesse.

 

Aimer les problèmes, c’est s’aimer et aimer les autres !

Sans savoir pourquoi, un auteur est arrivé dans ma vie et je sais que cela n’était pas un hasard. Il se nommait Neal Donald Walsch et ses livres à propos de ses Conversations avec Dieu. J’étais très sceptique, car il y a tant de fous qui utilisent le mot « Dieu ».

En fait, ces livres m’ont tellement inspiré que je les ai lus entre 50 et 100 fois chacun afin de bien comprendre et expérimenter ce qu’il écrivait afin de découvrir mes propres réponses et prendre conscience de mon propre pouvoir personnel.

Encore aujourd’hui, à 61 ans, je relis ces mêmes livres avec beaucoup d’enthousiasme.

J’ai compris que tout ce qui m’arrivait dans ma vie était pour mon bien. Surtout les problèmes, car ils sont les conséquences de mon inconscience dans les relations, donc en oubliant mes sentiments et mes intentions ainsi que ceux des autres avant de faire quelque chose.

En aimant mes problèmes, j’exprime ma gratitude de ce qui m’arrive, je m’aime en tant que créateur et ainsi j’accepte que j’ai fait un choix moindre sans m’en rendre compte afin d’avoir la possibilité de faire une choix plus élevé.

Ce choix plus élevé est ma solution qui entre en existence dans mon esprit sans l’aide de personne, lorsque je comprends comment cette expérience moindre s’est créée dans ma réalité. Ne pas la comprendre ni l’aimer, c’est répéter la même expérience, car je n’ai aucun choix, aucune autre possibilité.

En définitif, j’avais oublié de considérer l’autre comme une personne aussi importante que moi en oubliant d’intégrer des comportements aimables et justes.

 

Êtes-vous prêt à montrer l’exemple de ce qu’est un être humain éveillé ?

Si vous êtes ce genre de personne, nous pouvons faire évoluer notre conscience et celle des autres dans le but de créer un monde différent. Pour cela, je vous offre gratuitement la création de ces 4 outils essentiels.

 

Éveillez le monde avec nos 4 outils gratuits