Connaître notre nature humaine débute en sachant ce qu’elle n’est pas

Nature humaine

Une des choses les plus étranges qui soit est manifestement tous ces malentendus, ces désaccords et ces absurdités à propos de ce qu’est la nature humaine.

  • Des centaines de religions se chicanent pour définir la nature humaine
  • Des milliers de grands penseurs se contredisent à propos de ce qu’est la nature humaine
  • Des millions de gens ont des explications toutes différentes concernant la nature humaine
  • Des milliards de gens n’ont aucun intérêt à connaître leur propre nature avec toutes ces contradictions

À mon sens, ajouter une nouvelle définition de ce qu’est la nature humaine est une profonde ignorance qui ne fait qu’augmenter encore plus la confusion dans nos esprits.

Est-il possible que la connaissance de la véritable nature humaine ne se trouve pas en sachant toutes sortes de définition de ce qu’elle est, mais en sachant clairement ce qu’elle n’est pas et ainsi faire entrer librement dans notre conscience, ce qu’elle est ?

En d’autres termes, plus j’en connais sur ce que ma nature n’est pas et plus j’en connais sur ce qu’elle est à partir de mon âme, là où se trouve mes vérités, mes intuitions et ma sagesse.

 

D’où vient cette habitude de croire les autres ?

Durant mon enfance, on a cherché à me faire croire que j’étais né mauvais et que je devais écouté les autres pour m’améliorer, croire en eux, donc leur donner une foi aveugle sans poser de questions et ainsi perdre confiance en moi, ne plus croire en moi, détruire toute initiative en exécutant les ordres.

Cependant, je suis reconnaissant, car cela faisait partie du processus de la connaissance de soi en sachant ce que je ne suis pas.

C’est en sachant clairement ce que je ne suis pas, que ce que je suis entre en existence dans mon esprit et ainsi avoir la liberté de choisir entre les deux… Sans ce choix, je n’ai aucun choix et je peux m’endormir dans une croyance qui pourrait être fausse même si des millions de gens la croient vraie !

Je ne peux pas connaître la bonté, si la méchanceté n’existe pas ou si je la nie ou la juge. Si tout était bonté, comment pourrais-je savoir ce qu’est la bonté et en faire l’expérience pure en pensée, parole et action ?

 

Ma nature humaine n’est pas de vouloir être aimé

Pour prendre conscience de ma nature en tant qu’être humain, je devais d’abord comprendre ce que ma nature n’est pas.

En observant les enfants, ils m’ont rappelé que j’étais comme eux dès ma naissance. Aimables et gentils dans les relations ainsi que plein d’enthousiasme et d’initiative à faire quelque chose de nouveau.

Ce sont les paroles et les gestes blessants de mes parents, mes professeurs et les adultes en général qui m’ont conditionné l’esprit à devenir ce que je ne suis pas. Je comprends qu’ils étaient profondément inconscients de leurs comportements et qu’ils ne le faisaient pas volontairement ni délibérément.

Leurs paroles avaient toujours quelque chose de caché concernant leurs intentions personnelles à me contrôler. Ils m’ont montré constamment ce que je devais être et faire afin de recevoir de l’amour.

Ils m’ont ainsi fait croire que leur amour pouvait m’être enlevé si je n’accomplissais pas ou n’exécutais pas leurs conditions, leurs exigences, leurs ordres et ainsi vivre dans la peur de perdre cet amour.

J’ai ainsi grandi et entré dans toutes mes relations, peu importe lesquelles, en croyant que l’amour venant des autres. C’est ainsi, que j’ai oublié ma nature en vivant contre ma nature.

Ma nature n’est pas de vouloir être aimé et ainsi vivre dans la peur de perdre cet amour et elle n’est pas non plus, d’imposer des conditions aux autres dans ma façon de les aimer.

 

Ma nature humaine n’est pas d’imiter les autres

Sans m’en rendre compte, j’étais conditionné depuis mon adolescence à imiter ceux qui me contrôlaient, à imiter les milliards de gens et ainsi causer des conflits dans les relations sans être conscient que j’étais la cause, le créateur de mes propres malheurs.

Ainsi, en blessant les autres continuellement et sans m’en rendre compte, ils ont souvent réagi en me blessant à leur tour. Aujourd’hui, je suis reconnaissant que l’âme (la mienne et celle des autres) m’ait causé de nombreux sentiments mal, de nombreux problèmes, car j’ai commencé à m’observer, à prendre conscience dans ma façon de penser, de parler et d’agir dans mes relations. De comprendre mon pouvoir de création selon mes trois outils que j’ai reçu à la naissance, donc qui faisaient partie de ma nature humaine.

Sans ces problèmes graves, j’aurais continué à vivre comme un somnambule qui ne sait pas qu’il est endormi, qui a toujours raison et qui cherche toujours la faute hors de lui.

L’absence de problèmes est un couteau à double tranchant, car il empêche de recevoir un électro-choc qui permet de se réveiller et être plus attentif à soi-même, à son monde intérieur qui lance la création de mes comportements dans les relations.

Curieusement, mon esprit fut saisi d’émerveillement à mon sujet, lorsque j’ai enfin compris pourquoi j’avais vécu tellement de déception, de douleur et de malheur. J’utilisais les relations pour exiger quelque chose et ainsi avoir des attentes, au lieu d’utiliser les relations pour exprimer qui je suis en choisissant consciemment des comportements aimables et justes à offrir aux autres sans avoir à l’esprit de recevoir quelque chose en retour.

En fait, je comprends maintenant que tout ce que je fais, je le fais pour m’aimer en aimant les autres. Je ne m’oublie pas parmi ceux que j’aime, car je reconnais consciemment que ma motivation prend naissance que si j’ai un intérêt personnel pour moi.

 

Ma nature est d’exprimer l’amour au moyen de mon pouvoir de création

Cette expression de l’amour pure est d’offrir des comportements aimables et justes dans mes relations en utilisant consciemment et avec une intention claire, les 3 outils de création que j’ai reçus à la naissance.

Sans l’expérience de cette création, jamais je ne pourrais sentir en moi ma véritable nature et être fier de moi, m’aimer sans avoir besoin des autres pour m’aimer. Je ne dis pas que je ne veux pas l’amour des autres, je dis que je n’ai pas besoin de l’amour des autres. Je désire qu’ils m’aiment en toute liberté et selon leurs préférences.

Il y a une grande différence entre le besoin et le désir.

En définitif, je peux penser, croire ou être convaincu que je suis une personne aimable et que c’est ma nature, mais sans l’expérience d’une création choisie librement et consciemment, alors je n’ai qu’un concept idéologique… donc aucun sentiment qui me permet de connaître avec certitude, une vérité de qui je suis en toute conscience.

 

Êtes-vous prêt à montrer l’exemple de ce qu’est un être humain éveillé ?

Si vous êtes ce genre de personne, nous pouvons faire évoluer notre conscience et celle des autres dans le but de créer un monde différent. Pour cela, je vous offre gratuitement la création de ces 4 outils essentiels.

 

Éveillez le monde avec nos 4 outils gratuits